Romances sans dessus ni dessous

Où

La Fontaine, les mots et la chose, est un jeu de voix qui modulent les mots pour dire la chose.

Quelle chose ? Mais… LA chose.

Celle que Les ratés de la Bagatelle font « en regardant l’plafond », celle que l’Abbé de Lattaignant laisse penser à Madame, celle que décrit La Fontaine dans ses contes, et qu’au XVIIème siècle, on nommait galanterie…

En somme : le désir, le plaisir et toutes leurs variations propices à la sensualité et au déshabillage.

Bref, LA chose dite dans la langue rimée du XVIIIème siècle : contes théâtralisés, chansons des années 1950. Accordéon et guitare se croisent, le tout enchaîné à vive allure et porté par une mise en scène qui ne laisse pas de place au sérieux.

Soraya Daigre et Mélissa Marceline (connue à la scène  pour les chants de SAMËLI.) jouent les contes de La Fontaine et des chansons qui disent, elles aussi, les choses sans vraiment les dire tout en les disant. Vous les connaissez peut-être à travers les voix de Gabin, de Pauline Carton, de Patachou…

Des mots choisis, du style, de l’énergie, de la puissance, de la dérision…

Embarquement immédiat : vos oreilles seront le siège de votre plaisir.

C’est toujours les voix qui restent, au final, c’est aussi toujours par elles que ça commence, une voix plus une oreille ; deux fils de soie impalpables et un pavillon !” (Jean-Jacques Schuhl – Ingrid Caven)

Les répétitions ont été dirigées par Christian Padie  au centre culturel des Minimes.

Contrepoint a été en résidence pour ce spectacle à Act’en’Scène, à Castelnau-Durban en avril 2018 et à Tourtouse en juin 2018

Extrait

Enregistrement du 14 décembre 2018.